De Grenoble à Waterford, en...   From the UK to Hong Kong:...

De la France à Karlstad, au centre de la Suède : L'élan blanc

28 August, 2019 08:00  Expat Interviews Expat Interviews

L'élan blanc - CatherineJe m’appelle Catherine, j’ai 38 ans. Avec ma famille, nous sommes rentrés il y a tout juste trois semaines de Suède où nous avons vécu deux ans. Nous vivions à Karlstad, au centre de la Suède.

1. Pourquoi êtes-vous partie à l'étranger ?

Nous sommes partis en Suède pour mon mari, qui est chercheur en écologie. Pour faire évoluer sa carrière, il était nécessaire qu’il fasse un contrat dans un laboratoire étranger. En même temps, cela n’a pas été un effort trop important car cela faisait longtemps que l’idée de nous expatrier nous trottait dans la tête !

2. Comment vivez-vous  ?

Nous vivions très simplement. Nous avons énormément apprécié passer du temps en famille et dans la nature. Mes petits plaisirs : une bonne fika (la fameuse pause goûter des Suédois) après une randonnée en forêt ou au bord d’un lac. Eté comme hiver, nous avons passé beaucoup de temps au grand air. C’est quelque chose que j’essaierai de maintenir de retour en France.

3. Est-ce que vous appellez souvent votre pays d'origine, et comment ?
Nous avons plus communiqué et vu nos proches quand nous étions en Suède qu’auparavant ! Nos rendez-vous hebdomadaires via Skype étaient très attendus. Cela nous a permis aux grand-parents de voir leurs petites-filles évoluer et à nous de prendre des nouvelles régulièrement et de trouver du réconfort quand nous en avions besoin. Sans compter les apéros Skype avec les copains !
Les outils ont bien évolué et c’est formidable. Quand j’étais petite, j’ai été expatriée en Mauritanie pendant huit ans avec mes parents. Je n’avais de contact avec ma famille française qu’une fois par an quand nous rentrions. C’est sûr que ça n’avait rien à voir !

4. Quelle est la chose que vous préférez en tant qu'expat en Suède ?
La proximité de la nature. En plus, nos vivions dans un quartier très préservé, à deux pas des écoles et du travail de mon mari et aux portes de la forêt. J’ai pris l’habitude de faire une petite marche chaque jour.

5. Quelle est la pire des choses pour un expat à Karlstad ?
Ne pas parler suédois. Bien que l’anglais soit pratiqué par presque tout le monde, il est presque impossible de trouver un travail à Karlstad sans parler suédois. Et même avec la meilleure volonté du monde, cela prend du temps et de l’énergie.

6. Qu'est ce qui vous manque le plus ?
Ma langue maternelle. Bien que j’aie appris très rapidement à me débrouiller en suédois et que j’aie bien amélioré mon anglais, la barrière de la langue a été la plus grosse difficulté de mon expatriation. Entre la frustration de ne pas pouvoir m’exprimer comme je le souhaitais et la honte de faire des fautes, mes brunchs avec mes copines étaient plus un effort qu’autre chose ! Dommage.

7. Qu'avez vous fait pour rencontrer du monde et vous intégrer dans votre nouvelle vie ?
J’ai appris le suédois et je suis restée ouverte et à l’écoute des gens.
Nous avons eu la chance d’être bien accueillis par notre voisinage suédois. Pourtant, malgré des invitations rendues, nos relations n’ont pas beaucoup évolué en deux ans. Lors d’un groupe de soutien à des femmes d’expatriés travaillant à la fac de Karlstad, j’ai rencontré une autrichienne et une finnoise, qui sont devenues de très bonnes amies. Entre expatriées, c’était plus facile. Ce n’est que deux mois avant notre départ que nous avons rencontré une famille franco-suédoise arrivée à Karlstad en même temps que nous. Nous avons tout de suite sympathisé et qu’est-ce que ça m’a fait du bien d’échanger en français ! Je suis sûre que mon expérience n’aurait pas été la même si je les avais rencontrés plus tôt.

8. Quelle est l'habitude que vous trouvez la plus étrange dans votre culture d'adoption ?
Tout ce qui a attrait aux repas : les horaires, le nombre de repas et leur composition. C’est très différent de nos habitudes de Français. Par exemple, les Suédois dînent à 17h. Parfois même plus tôt en hiver ! Et ils prennent de nombreux petits repas (tartines), souvent très protéinés. Ils mangent aussi très sucré.

9. Qu'est-ce qui est un mythe sur votre pays d'adoption ?
Les Krisprolls. Non, les Suédois ne mangent pas de Krisprolls ! Ils préfèrent le pain Wasa.

10. Quel avis donneriez-vous aux autres expatriés ?
Etre expatrié à Karlstad vous offrira une merveilleuse expérience. C’est une ville de taille moyenne, calme et proche de la nature où vous trouverez tous les services et magasins dont vous avez besoin. Le revers de la médaille est l’absence d’une vraie communauté française et la nécessité de parler suédois, qui n’existe pas dans des villes commes Stockholm, Göteborg ou Malmö.

11. Quand et pourquoi avez vous débuté votre blog ?

En arrivant en Suède, j’ai tenu un blog privé pour donner des nouvelles aux amis et à la famille. J’y mettais des photos et des descriptions de toutes les jolies visites et expériences que nous faisions. C’était si beau et si riche qu’au bout d’un an, j’ai eu envie de partager tout ça avec le plus grand nombre. L’Elan blanc était né !

12.  Quels bénéfices avez vous trouvé au travers de votre blog ?
J’aime aider les gens et quelle satisfaction quand des lecteurs me disent que mon blog les a aidés à découvrir la Suède ou à organiser leur voyage. J’ai beaucoup de retours positifs et ça me fait très plaisir d’être utile aux autres. J’ai aussi conseillé et mis en relation deux familles françaises ayant le même projet de s’expatrier en Suède. Je serai heureuse qu’ils puissent démarrer leur aventure suédoise en ayant déjà des connaissances sur place. C’est ce qui nous a manqué. En plus, j’aime beaucoup écrire et documenter des sujets divers. Et quel plaisir d’écrire sur un pays aussi beau que la Suède et avec d’aussi jolies traditions. Même si nous sommes rentrés en France aujourd’hui, j’ai encore suffisamment de matière pour alimenter l’Elan blanc pendant plusieurs mois. Et je compte bien y retourner pour visiter des régions que je ne connais pas encore, pour entretenir mon suédois et pour retrouver mes amis restés sur place.

L'élan blanc - Suède

Blog LinkLa fiche du blog : L'élan blanc 

Guide de l'expatriation en Suède
  Pour en savoir plus sur la vie en Suède, lisez notre guide:

Guide de l'expatriation en Suède et à Stockholm

 

Pour vous aussi être sélectionné pour un entretien publié sur le site, ajoutez votre blog sur BlogExpat.com

 

   



         
         EasyExpat on