Da Napoletane a Hangzhou:...   Von Ulm nach Buenos Aires:...

Des Pays de Loire à Turin : Ciccia & Cerva deux trublionnes à Turin

24 October, 2018 08:00  Expat Interviews Expat Interviews

Ciccia & Cerva deux trublionnes à TurinCiao ! Nous sommes Laura et Amélie, deux françaises originaires des Pays de la Loire. Nous avons 27 ans et avons étudié ensemble le commerce international à l’Université de Nantes. Amélie est d’Angers et Laura d’une petite bourgade près de la Roche sur Yon (en Vendée, pour vous repérer). Nous vivons à Turin en Italie depuis juin 2016 et sommes totalement tombées sous son charme.

1. Pourquoi êtes-vous parties à l'étranger ?

Nous avons toutes deux décroché un poste en contrat V.I.E (Volontariat International en Entreprise) et nous sommes donc parties nous installer à Turin. Nous avions déjà étudié l’italien à l’université et nous avions déjà voyagé en Italie dont un road trip d’un mois en train ! C’était donc l’occasion de vivre durablement la dolce vita (enfin pas si dolce que ça). Aujourd’hui, nous avons terminé notre contrat V.I.E et nous avons décidé de rester encore pour quelques temps en Italie.


2. Comment vivez-vous  ?
Nous sommes en colocation toutes les deux en centre-ville de Turin, nous vivons dans la Quadrilatère Romain, un quartier vraiment sympa où désormais chaque commerçant nous salue. On a un appartement que l’on adore même si vivre dans le centre-ville rime avec bruit de circulation… Et à Turin, ils sont fan des klaxons ! L’idéal c’est le weekend, on gare la voiture et on fait tout à pieds ou à vélo. Le bonus c’est le marché chaque jour juste en bas de chez nous, en Italie les marchés sont encore très présent. 

3. Est-ce que vous appelez souvent votre pays d'origine, et comment ?
Tout dépend de ce que l’on appelle souvent, on est en contact chaque semaine avec nos parents et nos amis via Whatsapp et autres réseaux sociaux. En revanche, on ne retourne pas souvent chez nous, deux à trois fois par an car la France est tout proche de Turin mais les Pays de la Loire ce n’est pas la porte à côté. Et les transports sont vraiment mal faits, pas de vols directs Turin-Nantes donc obligé d’aller jusqu’à Milan ou faire escale à Paris (ce qui coûte une fortune d’ailleurs). Sinon, il reste le TGV Turin-Paris puis Paris-Angers/Nantes mais non seulement on passe la journée dans les transports mais en plus là aussi, ce n’est pas franchement le plus économique. En fait, ce qu’il nous faudrait c’est un vol Turin-Nantes… Si une compagnie aérienne nous lit…

4. Quelle est la chose que vous préférez en tant qu'expat à Turin ?
On aime Turin, dès les premiers pas dans la ville on l’a adoré et deux ans plus tard, on ne s’en lasse pas. C’est une ville qui regorge de surprises et chargée d’histoires. On adore sortir, il y a toujours quelque chose à faire, des palais, des expositions, des évènements en plein air et en plein centre, cette ville s’améliore d’année en année pour s’animer. On aime parler italien et continuer à progresser, les Turinois sont froids de prime abord mais une fois la glace brisée, ils te font sentir comme à la maison. On aime aussi et surtout la nourriture, les pizzas, les pâtes, les glaces on adore mais aussi la cuisine plus locale. Chaque région a des spécialités et souvent ce sont des plats dont on n’a jamais entendu parler… Et on tombe sur de bonnes surprises !

Mais ce qui est vraiment appréciable avec Turin, c’est de pouvoir s’échapper de la ville en peu de temps pour prendre un grand bol d’air dans les vignobles ou même en montagnes. Car oui Turin est entourée de montagnes et l’hiver, on peut skier pratiquement tous les weekends. L’été les randonnées et le fromage de montagnes nous attendent aussi. La mer quant à elle n’est pas si loin, à deux heures se trouve Noli, une petite ville pour laquelle on a eu un coup de cœur.

5. Quelle est la pire des choses pour un expat en Italie ?
Le plus compliqué en étant expatrié en Italie c’est le côté administratif, je pense que c’est difficile dans chaque pays car il faut repartir à zéro pour être en règle dans le pays, avoir accès au système de santé, une assurance voiture, s’enregistrer auprès de la ville, même le système de ramassage des déchets est un parcours du combattant. C’est particulièrement complexe et rien n’est intuitif. De plus, le système de santé en Italie n’est pas des plus performants et non seulement les remboursements sont inférieurs par rapport à la France mais en plus les soins coûtent en moyenne plus cher. Et pour les nouveaux arrivants, la conduite peut aussi être un calvaire mais on prend vite le pli et on devient Sébastien Loeb en peu de temps. Action, réaction, klaxon !

6. Qu'est ce qui vous manque le plus ?
La nourriture ! Le pain avec du sel, le beurre avec du sel, les croissants avec du beurre… Voilà, la pâtisserie nous manque ! Outre la nourriture, évidemment notre famille et nos amis nous manquent, c’est difficile de rater les anniversaires et les fêtes de famille, parfois on aimerait pouvoir se téléporter pour revenir le temps d’un week-end. Ou bien on aimerait qu’eux puissent se téléporter pour vivre avec nous des moments de nos vies ici en Italie. Ah et si, l’océan nous manque aussi. C’est quand même grâce à cette proximité que nous aimons tant tout ce qui est à base de beurre salé.

7. Qu'avez vous fait pour rencontrer du monde et vous intégrer dans votre nouvelle vie ?
Pour rencontrer du monde, étant donné que dans nos entreprises respectives nous sommes avec des personnes plus âgées, nous avons utilisé les réseaux sociaux pour parler à des personnes de notre âge. Puis nous sommes sorties, nous avons participé à des apéritifs pour rencontrer des personnes et petit à petit notre réseau s’est construit. Mais à Turin, ce n’est pas si simple de se faire des amis et cela prend beaucoup de temps.

8. Quelle est l'habitude que vous trouvez la plus étrange dans votre culture d'adoption ?
En réalité c’est une liste de petites choses qui nous étonnera toujours :

  • Le café au comptoir, si l’espresso est appelé ainsi c’est peut-être aussi dû à la vitesse à laquelle ils le boivent !
  • De toujours se voir proposer des négociations de prix sans la TVA et donc de payer au black… pour tout, absolument tout.
  • Le non-respect des forces de l’ordre. « Je grille tranquillement le feu rouge devant les policiers… Ah ils font la même chose, bon ça va alors ».
  • Qu’il soit plus facile d’ouvrir un compte en banque que d’avoir une carte sim et un abonnement à la salle de sport.
  • Qu’il faille payer pour récupérer les documents administratifs officiels


9. Qu'est-ce qui est un mythe sur votre pays d'adoption ?
Ahaha, en fait si mythe il y a, c’est qu’il y a bien une raison. Les Italiens sont un mythe à eux-seuls. Ils mangent bien des pâtes chaque jour, appellent leur mère au moins une fois par jour, sont un peu macho sur les bords… On en parle souvent sur notre blog de ce qui fait l’italiano vero, mais c’est ce qui nous fait sourire aussi chaque jour. Et malheureusement la mafia n’est pas un mythe, ça c’est le côté pile de l’Italie.

10. Quel avis donneriez-vous aux autres expatriés ?
S’expatrier en Italie c’est une très belle expérience mais il faut s’armer de patience devant la lourdeur administrative. L’Italie, bien que proche de la France a une façon de fonctionner différente et lorsque l’on s’y installe, on a tendance à penser que cela va être assez simple mais ce n’est pas tout à fait comme ça. C’est un autre mode de vie, une autre mentalité et parfois on peut se retrouver exaspéré par ce que l’on voit et entend (en tant que français). Disons que toutes les petites choses qui font de l’Italie un pays où il fait bon vivre contrebalancent cet obstacle.

11. Quand et pourquoi avez vous débuté votre blog ?

Nous avons commencé notre blog en février 2018, pendant une période difficile pour chacune de nous deux, nous avons eu besoin d’écrire et raconter notre quotidien. Nous avions déjà commencé à rédiger sur les thèmes de la conduite des italiens ou bien les différences sociales et nous avons sauté le pas en créant le blog. Puis, petit à petit, voyant que les gens appréciaient et en redemandaient, nous avons continué et nous avons également décidé de nous diversifier en prenant un angle plus touristique afin de raconter nos petits voyages.

12.  Quels bénéfices avez vous trouvé au travers de votre blog ?
Le premier bénéfice est de pouvoir s’exprimer, ce blog c’est un peu notre journal d’intime d’expatriées. Cela permet également à nos proches de suivre notre quotidien et cela nous fait extrêmement plaisir lorsque nous avons des critiques positives sur nos articles. Nous discutons avec des personnes qui vivent l’expérience de l’expatriation et ces échanges sont très enrichissants. Nous sommes devenues ce que l’on peut appeler des anthropologues amatrices, on aime essayer de comprendre « l’autre » et en débattre.

Ciccia & Cerva deux trublionnes à Turin

Blog LinkLa fiche du blog : Ciccia & Cerva deux trublionnes à Turin 

Guide de l'expatriation à Milan, en Italie
  Pour en savoir plus sur la vie en Italie, lisez notre guide:

Guide de l'expatriation à Milan et en Italie

 

Pour vous aussi être sélectionné pour un entretien publié sur le site, ajoutez votre blog sur BlogExpat.com

 

   



         
         EasyExpat on