From Canada to the French...   From Seattle to Denmark to...

De France à Madrid à Sulaymaniyah: Femme française en Irak

09 September, 2013 09:07  Erin Erin

Femme francaise en Irak Je m’appelle Florence. Je me suis installée en Espagne, à Madrid, lorsque j’avais 24 ans. Et depuis janvier 2013, j’habite à Sulaymaniyah, la capitale culturelle du Kurdistan iraquien.

1. Pourquoi êtes-vous partis à l'étranger ?

A Madrid, je n’avais plus de travail, ma dernière fille a passé son bac et est allée s’installer à Paris pour ses études et elle a même emmené le chat. Dans le même temps, l’entreprise de mon mari lui a proposé un poste en Irak. Il m’a dit « Il serait peut être temps que tu découvres un autre pays ? ». J’ai dit « oui » sans réfléchir. C’était maintenant ou jamais.

2. Comment vivez-vous (Vous travaillez ? Profession ? Parlez nous de votre expérience) ?
Lorsque je suis arrivée à Sulaymaniyah mi janvier 2013, il neigeait et je me demandais ce que j’allais devenir… 6 mois après, je m’occupe du Club d’Affaires Français d’Erbil (la capitale du Kurdistan) et j’ai monté une association d’amitié franco-kurde qui s’appelle DIALOG avec deux amis kurdes. Nous avons créé cette structure pour sauver l’école française de Sulaymaniyah qui menaçait fermer. Nous avons également ouvert une école de langue française pour adulte avec l’Institut Français d’Erbil, et nous allons organiser des événements culturels et professionnels sur la région. Pas le temps de m’ennuyer !

3. Est-ce que vous appelez souvent votre pays d'origine, et comment ?

Mon pays d’origine et d’autres pays. Par skype.

4. Quelle est la chose que vous préférez en tant qu'expat au Kurdistan d’Irak?
J’ai eu le coup de foudre pour le Kurdistan et les kurdes. Je ne m’y attendais pas, après 27 ans passés en Espagne, pays que j’adorais. Le Kurdistan est une région magnifique, émouvante, et totalement sécurisée. Et les kurdes sont des gens extrêmement accueillants, totalement francophiles et possédant un grand sens de l’humour.  

5. Quelle est la pire des choses pour un expat au Kurdistan d’Irak?
La pire chose, c’est de ne pas aimer aller pique-niquer dans la montagne.

6. Qu'est ce qui vous manque le plus ?
A part mes enfants, ma famille et mes amis, je ne peux pas dire que je manque de grand-chose. Ici, la vie est plus simple et donc, les besoins sont limités… Mais quand même, si je trouvais du  sirop de menthe et des nounours en chocolat, ce serait parfait !

7. Qu'avez vous fait pour rencontrer du monde et vous intégrer dans votre
nouvelle vie ?

Les kurdes sont très faciles d’accès. Si vous vous intéressez à eux, à leur histoire, à leur culture et que vous ouvrez votre cœur, alors la relation se fait simplement. Si en plus vous décidez de vous mettre à la langue kurde, ils en seront extrêmement fiers !

8. Quelle est l'habitude que vous trouvez la plus étrange dans votre culture d'adoption ?
L’habitude la plus étrange est que, lorsque qu’il y a un match de football entre le Real Madrid et le Barcelone, les gens fêtent le vainqueur comme en Espagne. Une bonne partie de la nuit, les voitures défilent en klaxonnant et les gens poussent des cris de joie !

9. Qu'est-ce qui est un mythe sur votre pays d'adoption ?
Clairement, la dangerosité. A cause du matraquage médiatique, l’opinion publique assimile la région autonome du Kurdistan à l’Irak (dont elle fait partie). Ici, pas d’attentat, pas de bombes, pas d’interdiction de sortir. Personnellement, je me sens plus en sécurité à Sulaymaniyah que dans le RER à Paris ou dans les rues de Madrid.

10. Quel avis donneriez-vous aux autres expatriés ?
J’encourage fortement les gens à venir voir avec leurs yeux ce qu’est le Kurdistan. Il s’agit du cœur de la Mésopotamie, le berceau de notre civilisation. Ça fait quelque chose de regarder les paysages et de savoir que tel ou tel épisode de la Bible s’est déroulé à cet endroit précis.

11. Quand et pourquoi avez vous débuté votre blog ?
J’ai débuté mon blog pour rassurer ma famille et mes amis, très inquiets que je m’installe en Irak. Lorsque je suis arrivée au Kurdistan d’Irak, je me suis rendue compte que la vie était très tranquille, et qu’il me fallait absolument un moyen de pouvoir le dire. Un blog était une solution parfaite !

piqueniquesoir Femme francaise en Irak12.  Quels bénéfices avez vous trouvé au travers de votre blog ?
En fait, au travers de mon blog, j’ai pu transmettre une image plus réaliste du Kurdistan. Lorsque nous avons passé une annonce pour recruter des instituteurs pour l’école française, nous avons donné la référence de mon blog aux candidats potentiels pour qu’ils puissent se faire une idée sur ce qui les attendait au Kurdistan. Et grâce à cela, nous avons eu 47 candidatures !

Blog LinkFlorence's blog, Femme française en Irak

 

Pour en savoir plus, consultez

  le guide de l'expatriation et la
Irak

 

To be considered for an interview (as well as other articles), add your blog to BlogExpat!

 

 

   



         
         EasyExpat on