From Manila to Amsterdam:...   From Virginia to Logroño:...

De Besançon à Philadelphie

28 February, 2013 10:24  Erin Erin

From Besancon to Philadelphia desert Je suis Alain, originaire de Franche Comté et expatrié un peu plus de 1000 jours sur la côte Est des Etats-Unis avec mon épouse Adeline entre 2008 et 2010. Nous vivons désormais à Besançon, en France, tout comme avant notre départ dans la banlieue de Philadelphie en janvier 2008.

1. Pourquoi êtes-vous partis à l'étranger ?

Une opportunité d'expatriation professionnelle m'a été présentée en juillet 2007. Nous avions alors 25 ans et aucune raison de ne pas tenter l'expérience, alors nous l'avons fait ! Avant de partir pour Philadelphie, nous n'avions jamais pris l'avion et peu voyagé hors de France. C'était un vrai plongeon dans l'inconnu, une aventure un peu folle.

Aujourd'hui, nous avons parcouru en avion une distance supérieure à 4 fois le tour du monde ! Ce grand départ a donc fait de nous des voyageurs accomplis !

2. Comment viviez-vous aux USA (Vous travailliez ? Profession ? Parlez nous de votre expérience) ?
Je suis ingénieur en informatique et travaillais au développement d'une petite branche R&D aux USA. L'immersion a été totale pour moi dès le début : Je devais former de nouvelles recrues et parler anglais en continu pendant pratiquement 8 heures par jour.

Adeline a également travaillé quelques mois mais cela a été plus difficile pour elle : Il fallait d'abord obtenir un permis de travail puis trouver un job en pleine crise économique, ce qui n'était pas forcément évident, mais tout est possible aux États-Unis, donc elle a fini par réussir !

Nous mettions à profit chaque vacance pour voyager et découvrir cet immense pays. Avec à peine 15 jours de congés par an, nous avons réussi à voir plus de 30 états et 3 provinces Canadiennes !

3. Est-ce que vous appeliez souvent votre pays d'origine, et comment ?
Nous utilisions principalement la communication en chat par webcam, environ une fois par mois. C'est un très bon moyen de communication car cela permet de se voir et de participer à plusieurs. Il y a donc plus d'interactivité qu'au téléphone et ça a le mérite d'être gratuit.

Sinon, notre blog « De Besançon à Philadelphie » était le meilleur moyen de partager nos aventures et notre ressenti au quotidien. Avec internet, s'expatrier est beaucoup plus facile qu'auparavant !

4. Quelle est la chose que vous préfériez en tant qu'expat aux USA?

Les grands espaces, la nature, la liberté... Il faut le vivre et le ressentir au moins une fois pour vraiment le comprendre. La vie en Amérique est tellement facile et relaxante, les gens sourient tout le temps, il n'y a pas de conflit... C'est assez impressionnant et cela nous manque aujourd'hui !

5. Quelle est la pire des choses pour un expat aux USA?
Je dirais l'alimentation, car il faut vraiment lutter pour ne pas prendre de poids. Les Américains consomment tellement qu'il est facile de leur emboiter le pas... D'ailleurs, nous allions au restaurant de plus en plus souvent, car le service et le coût y sont imbattables. Ceci dit, vivre « à la Française » reste largement possible. Il est juste plus difficile de trouver tous les ingrédients nécessaires à notre cuisine. Par exemple, trouver du pain ou du fromage dignes de ce nom est loin d'être évident !

6. Qu'est ce qui vous manquait le plus ?

La “bonne bouffe” dont j'ai déjà parlé, et plus personnellement pour le passionné que je suis, le football qui est un sport de second plan là-bas. Je me suis habitué au baseball et au basketball mais ce n'était pas pareil.

Bien évidemment, être éloigné de sa famille et ses proches avec 6 heures de décalage horaire et 8 heures d'avion n'est pas forcément évident, même si leur faire découvrir l'Amérique lors de leurs visites était vraiment formidable !

7. Qu'avez vous fait pour rencontrer du monde et vous intégrer dans votre
nouvelle vie ?

Peu de choses au final. Les Américains sont accueillants et curieux donc les conversations s'engagent très facilement. On n'a jamais l'impression d'être considéré comme un étranger aux USA, même si notre accent nous trahit ! Avec le recul, j'ai l'impression qu'il était plus facile de nous installer aux USA que de revenir vivre en France, ce qui peut sembler paradoxal...

J'avais également plusieurs collègues Français dans mon entreprise, ce qui facilitait l'intégration. Il nous arrivait aussi de participer à des événements entre expatriés à Philadelphie, ce qui était toujours sympa pour renouer avec notre culture tout en réalisant que tous les expats vivent les mêmes expériences, ont les mêmes questions et passent par des phases similaires.

8. Quelle est l'habitude que vous trouviez la plus étrange dans votre culture d'adoption ?
La consommation à outrance. On a le sentiment que les gens mangent tout le temps et à toute heure de la journée... Je me souviens par exemple d'un collègue qui tous les matins à 11h mangeait un paquet de chips accompagné d'un soda. Il partait déjeuner à 12 heures, revenait à 13 heures... Et dès 14 heures, il ouvrait un nouveau paquet de chips et une cannette de soda ! Ce sont des comportements parfaitement naturels là-bas mais tellement choquants pour nous que je n'ai jamais pu m'y habituer.

Voir les magasins ouverts 7 jours sur 7 et pratiquement 24 heures sur 24 est assez fou également. On s'y habitue vite, au point que revenir en France est difficile car on a le sentiment que tout est fermé en dehors des heures de bureau.

9. Qu'est-ce qui est un mythe sur votre pays d'adoption ?
Bien souvent, les gens imaginent que les USA ne sont que des grandes villes avec des gratte-ciel partout. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai entendu : « Ça doit pas être facile là-bas, avec toutes ces grandes villes ! »

Pourtant, le pays a une densité de population 3 fois inférieure à celle de la France. Ce qui frappe donc d'abord aux USA, c'est les grands espaces et la nature partout. Je n'ai jamais vu autant d'animaux sauvages que durant ces 1000 jours en Amérique ! C'est un pays idéal pour tout amoureux de la nature. On y trouve facilement des endroits vierges de toute trace humaine, ce qui n'est plus du tout le cas en Europe, où le moindre mètre carré est cultivé, bâti ou exploité...

10. Quel avis donneriez-vous aux autres expatriés ?
Foncez ! Les USA sont un pays incroyable que l'on croit connaître mais dont y ignore finalement beaucoup. Que vous aimiez les palmiers et la mer, la neige et la montagne ou les grandes étendues désertiques, vous trouverez tous ces paysages dans un seul et unique pays.  Le sujet me passionne d'ailleurs tellement que j'ai publié le récit de notre expatriation dans un ouvrage intitulé « De Besançon à Philadelphie – 1000 jours en Amérique » l'an dernier. Si vous songez à vous expatrier en Amérique, c'est une lecture préalable que je vous recommande.

11. Quand et pourquoi avez vous débuté votre blog ?
Nous avons débuté le blog dès notre premier voyage préalable à l'installation, en novembre 2007. C'était pour nous un moyen simple et naturel de rester en contact avec la France et de partager nos expériences. D'ailleurs, j'ai du mal à ne plus publier d'article maintenant que nous sommes en revenus en France... C'est un peu comme si le blog nous liait toujours aux USA.

12. Quels bénéfices avez vous trouvé au travers de votre blog ?From Besancon to Philadelphia desert
Le blog nous a permis de faire connaissance avec d'autres expatriés et de « rencontrer » de nouvelles personnes bien au-delà du cercle de nos connaissances. Ce sont d'ailleurs les lecteurs du blog qui m'ont incité à écrire puis publier un livre traitant de notre expatriation.

Sans le blog, nous aurions vraiment eu l'impression d'être seuls à des milliers de kilomètres de la France : Le plus grand bénéfice était donc de conserver un lien actif entre la France et nous.

Blog LinkAlain's blog, From Besançon to Philadelphia

Guide for expatriates in New York City, USA

Pour en savoir plus, consultez

  le guide de l'expatriation sur New York et la
Etats Unis

 

To be considered for an interview (as well as other articles), add your blog to BlogExpat!

 

   



         
         EasyExpat on