From Chicago to...   From Las Vegas to England:...

De Montbrison à Dakar: Canal Dakar

05 March, 2012 14:52  Erin Erin

charles henry thoquenne canal dakar Charles-Henry, un quart de siècle depuis peu, originaire de Montbrison “ville passion” et installé à Dakar depuis un peu plus d’un an.

1. Pourquoi êtes-vous partis à l'étranger ?
Atteint d’une voyagite aiguë depuis l’âge de 20 ans, il me paraissait évident d’aller travailler à l’étranger dès la fin de mes études. Non pas pour fuir la France, mais plutôt pour trouver autre chose, vivre autrement dans un contexte différent, être confronté à de nouvelles situations. Après deux stages en Arabie saoudite et en Inde, je me sentais prêt à aller vivre (presque) n’importe où. Pas vraiment de pays de préférence, j’ai attrapé la première opportunité qui m’a plu, ce fût le Sénégal.

2. Comment vivez-vous?
Je travaille dans l’informatique en contrat VIE (Volontariat International en Entreprise) pour un grand groupe d’audiovisuel français. Je me sens impliqué dans l’activité de mon entreprise, la mission y est intéressante et j’ai été très bien intégré par les collègues dès mon arrivée. La façon de travailler des sénégalais réserve pas mal de surprises et d’adaptation. Il faut par exemple revoir sa notion de prévision, c’est un gros point à prendre en compte car beaucoup de choses sont faites à la dernière minute. Quant à la ponctualité, c’est “inch’allah”.

3. Est-ce que vous appelez souvent votre pays d'origine, et comment ?
Oui, je suis très souvent en relation avec les proches en France. A commencer par Skype que tout le monde connaît mais aussi Nimbuzz qui permet d’appeler depuis son ordinateur/smartphone vers les fixes et mobiles pour presque rien. J’utilise également mon mobile ou fixe pour joindre les “non internautes”, les tarifs ne sont pas très élevés, même à travers frontières. Au-delà du vocal et de la visio, j’utilise beaucoup les mails et Facebook.

4. Quelle est la chose que vous préférez en tant qu'expat à Dakar?
J’aime l’impression d’être en vacance chaque weekend. Il est très facile de s’organiser un petit weekend hors de la ville pour pouvoir déconnecter et se retrouver dans des endroits paradisiaques comme le Sine Saloum. Les vacances, elles, paraissent encore mieux que les vacances... J’adore aussi le climat, aucune goutte d’eau pendant 9 mois et une chaleur douce, je ne regarde plus la météo! Le niveau de vie, pas si bon marché que ça finalement à Dakar, permet de vivre bien mieux qu’en France et s’offrir des petits luxes assez régulièrement.

5. Quelle est la pire des choses pour un expat à Dakar?

“Pire” est un peu éxagéré mais ce que je trouve pénible est d’être pris pour “cible” dans certains marchés comme Sandaga. Des mecs radar nous repèrent avant même d’arriver et nous font passer un mauvais moment, du coup, nous n’allons plus dans ces marchés. Ces gens n’ont rien compris au commerce et c’est bien dommage.

6. Qu'est-ce qui vous manque le plus ?
Les copains, la famille, la montagne. Pas le froid, pas la pluie, pas la morosité des français, pas la vie chère, pas la société de consommation... Hormis ça, la culture française est quand même bien présente au Sénégal. Aucun problème pour la télévision, la presse ou encore la nourriture (bien qu’un petit McDo de temps en temps ferait quand même plaisir...).

7. Qu'avez-vous fait pour rencontrer du monde et vous intégrer dans votre nouvelle vie ?

La communauté française est très présente à Dakar et il est très facile de rencontrer du monde et partir en groupe le weekend assez naturellement. Les amis des amis sont des amis du coup le réseau s’élargit rapidement. Je considère Dakar comme un gros village: où que vous allez, vous verrez sûrement une connaissance. Il est en revanche plus difficile d’avoir une amitié “forte” avec un sénégalais et au final on se retrouve sans le vouloir avec des expats, ce qui est dommage. C’est un constat que j’observe pour beaucoup de monde autour de moi. Je dirais que j’ai atteint un vrai “équilibre social” au bout de 8 mois. Une chose que j’aime à propos de la communauté expat à Dakar, c’est qu’il n’y a pas de “jetset” comme on peut en voir dans d’autres pays. Les gens sont simples et ouverts d’esprit.

8. Quelle est l'habitude que vous trouvez la plus étrange dans votre culture d'adoption?
Avec le temps, on a du mal à prendre du recul sur son quotidien, le dépaysement s’en va petit à petit. A brûle pour point, je ne trouve pas d’habitude étrange dans la culture sénégalaise, ni dans mon quotidien même s’il doit y avoir plein de choses “marquantes” pour un tout nouvel arrivant. Personnellement, ce que je trouve dingue c’est la puissance des marabouts, nous sommes au 21e siècle...

9. Qu'est-ce qui est un mythe sur votre pays d'adoption ?

Je ne connais pas vraiment de mythe vu depuis l’extérieur sur le Sénégal. En tout cas, la plupart des sénégalais sont très sympathiques et leur accueil n’est pas une légende. Avec le temps, j’ai remarqué ce que j’appelle la culture du “donne-moi”, et ça malheureusement, ce n’est pas un mythe.

10. Quel avis donneriez-vous aux autres expatriés ?
Je n’irais pas jusqu’à donner de conseils aux autres expats de Dakar car je suis sûr que la plupart d’entre eux connaissent au moins aussi bien la ville que moi. Peut-être d’apprendre un minimum la langue locale, le wolof, pour s’intégrer un peu plus facilement. J’avoue ne pas avoir fait beaucoup d’efforts sur ce point, la facilité de pouvoir parler français a pris le dessus...

11. Quand et pourquoi avez-vous débuté votre blog ?Canal dakar
J’ai débuté mon blog juste avant mon arrivée à Dakar. C’est pour moi un moyen de montrer mon quotidien aux proches, de faire mon propre carnet de bord mais aussi de donner des informations et bons plans aux gens intéressés par le Sénégal et Dakar. J’avais déjà tenu un blog lors d’un stage à New Delhi : http://peripleindien.free.fr

12.  Quels bénéfices avez-vous trouvé au travers de votre blog ?
Mon blog me permet de laisser une trace écrite de mon bout de vie à Dakar, chose que je ne ferais pas avec un crayon. Il me permet également de rencontrer et d’accueillir régulièrement de nouveaux expats à Dakar. Quand ils tombent sur mon blog avant de venir ici et qu’on se rencontre, souvent je reçois des compliments et ça, ça fait plaisir. Je reçois aussi beaucoup de questions de personnes désirant travailler à Dakar mais également de touristes qui viennent prochainement se détendre les doigts de pied au Sénégal.

Blog LinkBlog, Canal Dakar

 

Find out more about being an expat with Easy Expat's

Sénégal Resources

 

To be considered for an interview (as well as other articles), add your blog to BlogExpat!

 

   



         
         EasyExpat on